• Security first

     

    En carrosse  ...

     

    Il fut un temps, se déplacer en voiture était sans discuter une initiative des plus banales, organisée, sans trop d'encombre, et répondait à des règles de circulation et de sécurité strictes... Et surtout, il était rare d'entendre le bruit d'un klaxon..

     

    En carrosse!

     

    En carrosse!

     

    Aujourd'hui il en est tout autrement ...

     

     

    En carrosse!

     

    En carrosse!

     

     

    En carrosse!

     

    ...

     

     

     

    « Security first!Le prix du risque »
    Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    5
    Dimanche 3 Août 2014 à 21:31

    Bonsoir Sandra!

    Merci pour votre message et pour l'intérêt que vous portez à mon blog, ainsi qu'à ma tendre famille et à notre périple.

    C'est une grande vérité que notre impression face à un pays comme l'Inde ne puisse avoir de juste milieu.. Mais si l'on a la chance de s'y sentir bien, l’expérience est unique. Mais plus encore, Mumbai est unique!

    Je vous souhaite bien du plaisir avec la suite de Bye Bye, et vous transmets notre amitié.

    Joanne

    4
    Jean
    Vendredi 1er Août 2014 à 11:20

    Hello Joanne,

    Merci pour votre réponse, je comprends bien votre façon de voir et de ressentir les événements. Nous n'avons et heureusement pas tous la même vision de mener notre vie. Je pense que votre mari avec ses origines était attiré par ce pays et il voulait s'y confronter.

    Pour ma part j'ai beaucoup voyagé mais aucun pays n'a retenu le fait que je pourrai y vivre, je trouve que nous changeons un borne contre un aveugle même si et je le souligne, la Suisse n'est de loin pas parfaite et que nous sommes pas les meilleurs en tout ( il y en a point comme nous, n'est pas ma maxime).

    Je pense que nous devons envier ce que l'on possède et essayer de ne pas compenser notre vide par des apports extérieurs ( conjoint, enfants, amis, travail, environnement, argent etc ). Ce qui ne veut pas dire, aller découvrir d'autres gens et pays pour un temps limité.

    Se compliquer la vie, je n'y vois pas vraiment de sens, sauf si on ne peut faire autrement car la vie est déjà assez difficile. J'ai aussi parfois l'impression de se démarquer est un but en sois pour bien des gens.

    Voilà Joanne mes réflexions du moment, qui m'appartiennent. Je vous souhaite le meilleur possible et même si vous ne trouvez pas le Graal j'espère que vous pourrez vous y approcher.

    Prenez soins de vous et de votre famille.

    John  (pseudo Jean )

     

     

     

     

    3
    Jeudi 31 Juillet 2014 à 21:36
    Sandra

    Hello Joanne,


    J'ai suivi l'aventure de votre petite famille l'an dernier et j'ai été surprise et heureuse de vous retrouver dans l'émission de cette année.


    Ce blog est une excellente idée et j'ai eu du plaisir à le parcourir, à voir toutes ces belles photos, vos sourires à tous, même si l'Inde n'est, à priori, pas ma "tasse de chaï", sauf le côté glamour et complètement idéalisée des histoires de Maharadjahs peut-être... probablement parce que je n'aime pas voir la misère et les souffrances d'autrui ? On ne se refait pas ... 


    C'est vrai qu'en Suisse, on est si protégé, on vit dans une belle région, peu de problèmes fondamentaux et il faut partir pour mieux apprécier d'y revenir :-) J'ai plein d'amis qui vont souvent en Inde et qui me disent que soit on adore, soit on déteste mais qu'il n'y a pas de milieu.


    Je pense que votre choix de partir lorsque les enfants étaient encore petits était le moment idéal. Ils s'intègrent naturellement, "pompent" la langue locale sans effort et auront un bagage incroyable en grandissant. C'est vrai que du côté affectif, ça peut être difficile pour ceux qui restent. Mais l'avion de nos jours rapproche les gens très facilement et il faut savoir être un peu égoïste parfois pour ne pas rester avec des regrets.


    En attendant profitez de tout ces moments que vous avez choisi de vivre là-bas tant qu'au moins au niveau finance vous vous en sortez. Chaque jour vous fait avancer un peu plus loin. 


    J'attends avec impatience la suite de vos articles, je serai peut-être inspirée dans mes bricolages par les couleurs indiennes ?


    Amicalement


    Sandra

    2
    Jeudi 31 Juillet 2014 à 18:53

    Bonsoir Jean,

    Merci d'avoir pris le temps de faire part de votre sentiment.

    Vous avez raison, lorsque nous avons décidé de partir, la déception et la tristesse de nos proches ne nous ont pas fait reculer. Ils ont quand à eux eu la générosité de cœur de nous laisser voler vers quoi nous étions prêts à vivre, et nous leur en sommes extrêmement reconnaissants. Nous sommes si loin de ceux qui nous aiment, et inversement, mais nos liens sont puissants, nous restons très connectés, seuls les rapports physiques nous manquent. Tant de familles vivent dans la proximité mais ne partagent rien, ni ne s’inquiètent du bonheur de leurs proches. 

    Rassurez-vous, notre façon de vivre va au-delà de la survie. Les milliers de personnes que nous côtoyons au quotidien, vivant sous des bâches sur des ponts, avec des rigoles d'eau de pluie de la mousson détrempant les cartons leur servant de lit, sont eux-même actuellement en train de survivre à une existence qu'ils ne sont en mesure de changer, du moins dans un court terme.

    Nous sommes fiers de notre démarche, fiers de nos enfants qui n'épanouissent à nos côtés, et nos familles nous soutiennent sans nous juger. La prise de risque effraie souvent, mais elle récompense aussi les plus volontaires . Vous avez une nouvelle fois raison, nous ne manquions de rien,  étions bien entourés et étions heureux.

    Mais sachez qu'il en est de même aujourd'hui, différemment. Le bonheur existe aussi dans ce merveilleux pays qui est aussi le nôtre aujourd'hui, et qui nous apporte bien plus que ce dont nous étions venus chercher. Et surtout, le plus important,  nous sommes libres... libre dans nos actions, dans nos choix, et libres de rentrer quand le cœur nous en dira.

    Et pour terminer, en citant le père Noël, vous n'avez de nouveau pas tout tord; vous rappelez là un rêve d'enfance, qui est exactement ce que cette aventure en Inde représente pour mon mari :-)

    Je vous invite à lire mon prochain article que je suis sur le point de poster, qui répondra peut être autrement à vos interrogations.

    Belle soirée à vous.

    Joanne

     

     

    1
    Jean
    Jeudi 31 Juillet 2014 à 17:53

    Bonjour,


    Comme père je trouverai ce départ de mes enfants et petits enfants très égoïste de leur part et j'en souffrirai beaucoup.


    D'autant plus que j'ai l'impression qu'ils vivaient dans le confort entouré d'une famille et à un bel endroit. Donc pas dans la survie.


    Que cherchent t'ils ?     Le Père Noêl ? 


    Merci 

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :